franc-maçon, assassina de Kennedy

 

franc macon.doc

1.doc

 

Conseil des 300



Comité des 300 : Créé en 1729 par la British East India Merchant Compay (BEIMC ) pour s'occuper des affaires bancaires et commerciales internationales et soutenir le trafic d'opium, il est dirigé par la Couronne britannique. Il représente le système bancaire mondial dans sa globalité et compte, en plus, les représentants les plus importants des nations occidentales. Toutes les banques sont reliées aux Rotschild par le "Comité des 300".



Le chef de la diplomatie, l'industriel Walter Rathenau, confie "En tant que membre du club des capitalistes, je peux dire que trois cent hommes étroitement liés les uns aux autres contrôlent la destinée de l'Occident.(Antony C.Sutto, Wall Street and the Rise of Hitler, Hoover Institute, California Press, Seal Beach, 1976)"
{Livre, Face cachée du pétrole (La), Eric Laurent, Ed. Plon}

  

KENNEDY

Sam Giancana

Sam Giancana

Né à Chicago, il fut arrêté plus de 70 fois dans sa vie et emprisonné seulement deux fois.

Il est reconnu que Joseph Kennedy a demandé l'aide de Giancana afin de mobiliser les syndicats pour faciliter la nomination de John Kennedy lors du congrès démocrate qui préparait les élections de 1960. John lui-même a sollicité son aide par l'intermédiaire de Frank Sinatra. Il y a de fortes présomptions que durant sa présidence, JFK et Giancana aient gardé des liens, notamment par l'intermédiaire d'une maîtresse commune, Judith Campbell. Mais dès le début de la présidence de Kennedy, les relations devinrent assez tendues avec Giancana et les autres grands mafieux américains. Les Kennedy ne tinrent pas leurs promesses de laisser Giancana tranquille et lancèrent une guerre sans merci contre la Mafia. Pour cette guerre, le président Kennedy dût même couper les ponts avec son ami Frank Sinatra, trop lié au crime organisé. Le 22 novembre 1963, John F. Kennedy est assassiné à Dallas, au Texas. Certains pensent que Sam Giancana était impliqué dans cet assassinat. Cette théorie est notamment basée sur le fait que Jack Ruby aurait tué Lee Harvey Oswald, assassin présumé de Kennedy, sur ordre de la Mafia avec laquelle il aurait eu des liens.

En 1966, Giancana fut forcé de rendre la main pour avoir pris de trop grosses commissions sur les bénéfices des casinos sud-américains. Il s'exila au Mexique. 7 ans plus tard, il revint aux États-Unis

Commission Warren

La Commission présidentielle sur l'assassinat du Président Kennedy, connue sous le nom de Commission Warren, a été créée par un décret présidentiel du Président Lyndon B. Johnson du 29 novembre 1963 pour enquêter sur les circonstances de l'assassinat du Président des États-Unis John F. Kennedy.

La Commission tient son nom officieux du nom de son président, Earl Warren, président de la Cour suprême.

La Commission a conclu que l'hypothèse Lee Harvey Oswald avait agi seul. Cela ne mit pas fin au débat, et le travail de la commission fut critiqué point par point.Conclusions de la Commission

La Commission affirma qu'elle n'avait pu trouver aucun élément de nature à démontrer l'existence d'un complot et conclut que Lee Harvey Oswald est seul responsable de l'assassinat.

La Commission affirma que Oswald avait tiré trois balles du cinquième étage de bâtiment connu sous le nom de Texas School Book Depository, étage où trois étuis de munitions furent retrouvés, ainsi que le fusil d'Oswald avec une munition chambrée.

La commission conclut :

  • que l'ensemble des blessures causées aux occupants de la limousine avait vraisemblablement été causé par deux balles et qu'un tir avait donc totalement manqué la voiture, mais ne put déterminer quel était le tir; la Commission d'enquête du Congrès sur les assassinats de 1979, le House Select Committee on Assassinations ou HSCA, conclut de son côté que deux tireurs et non pas un seul avaient causé les blessures;
  • que le premier tir à avoir causé des blessures avait frappé le président dans le haut du dos, était ressorti par sa gorge et avait vraisemblablement causé les blessures du gouverneur John B. Connally.

Ce second point est connu sous le nom de théorie de la balle unique (ou théorie de la balle magique par ses détracteurs) et est particulièrement important parceque le délai entre les blessures non fatales du président et celles du gouverneur est insuffisant pour permettre à un tireur de recharger.

 

 

Théories sur l'assassinat de Kennedy

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site